7 peurs qui empêchent d'investir dans l'immobilier

7 peurs qui vous empêchent d’investir dans l’immobilier

Ce qui empêche énormément de personnes d’investir dans l’immobilier n’est pas le manque d’argent, une mauvaise situation pour la banque, ou encore un manque de temps.

Ces éléments-là sont plutôt des excuses qui cachent les véritables raisons pour lesquelles ils ne se lancent pas dans un investissement locatif : les peurs !

Ces mêmes peurs qui les poussent à attendre le bon moment qui n’existe pas et n’arrivera jamais.

J’ai listé 7 peurs que je rencontre souvent et que j’avais moi-même avant mes premiers achats immobiliers. À elle-seules, elles peuvent vous laisser sur le côté avec le même salaire jusqu’à la retraite.

Combattez ces peurs, apprenez-en dessus, et vous deviendrez rentier plus vite que vous n’auriez pu l’imaginer.

1) La peur des impayés

Classeur avec des factures impayées

Tout naturellement, c’est celle que je présente en premier. Déjà elle atteint ceux qui n’ont pas encore investi, à cause des histoires que tout le monde a déjà entendu et aime raconter. À cause des grands titres qui plaignent des investisseurs qui se retrouvent dans la panade suite à des impayés de leurs locataires, et bien sûr, à cause des délais et frais vraiment désagréables en cas de procédures judiciaires pour les remboursements des dettes et des expulsions.

Mais les impayés effraient également et surtout ceux qui l’ont déjà vécu. Moi-même, qui vis une procédure au moment où j’écris ces textes, je me surprends à être beaucoup plus exigeant dans mes critères d’accord de dossier. C’est simple, si je n’ai ni garantie VISALE, ni caution solidaire, je préfère laisser mon appartement vide, carrément. Ça fait 8 mois que je loge quelqu’un à mes frais, et je n’ai pas le droit de l’expulser tant que le tribunal n’aura pas fait son travail.

Cette peur est fondée

Mais elle ne doit surtout pas être un frein. Dans mon exemple, je n’ai aucune garantie sur le locataire qui ne paye plus. Ni caution, ni VISALE, ni GLI, ni CAF, rien. J’en conclus donc que c’était plutôt logique en fait.

Ce que je veux dire, c’est qu’il y a des moyens d’éviter ce genre de problème assez facilement, ça ne doit pas vous empêcher d’investir. Et puis, si vous avez acheté un immeuble, alors les deux autres appartements payent ce qu’il y a à payer donc aucune crainte de se retrouver à la rue. En plus, il faut savoir que les probabilités sont assez faibles, c’est ce que j’explique dans cet article : Faut-il avoir peur des loyers impayés ? Mais malgré cette vérité, il est nécessaire de se protéger.

2) La peur des travaux

panneau travaux

La peur des travaux est due à une méconnaissance dans ce domaine. Et on peut comprendre. Quand je vois que j’ai déjà du mal à planter un clou et que je suis en panique quand mon évier se bouche, alors la projection d’avoir à refaire tout un immeuble à vraiment de quoi faire peur… Et vu certains travaux, je vous confirme qu’il y a des raisons de ne pas être rassuré…

Mais j’ai une bonne nouvelle : tout ce qui est pour vous une galère insurmontable, est pour quelqu’un d’autre aussi facile à faire que lire cet article pour vous. Certains professionnels dans ce milieu sont absolument bluffants. J’ai déjà vu un pro avec un bras dans le plâtre, debout sur un escabeau, reboucher un trou dans un plafond avec de l’enduit en moins de temps que j’en ai besoin pour faire cuire une omelette… bon, j’avoue, je ne suis doué ni en omelette ni en enduit, mais bref.

Retenez que ce qui paraît difficile pour vous est facile pour d’autres et inversement. Et, magique, vous pouvez les payer pour qu’ils fassent tout.

Cette peur n’est pas fondée

Ça fait partie de la vie du bien. C’est comme si vous refusiez de passer votre permis de conduire et d’acheter une voiture parce que vous n’y connaissez rien en mécanique. Ça ne vous empêche pas de conduire pas vrai ? Un problème et vous appelez un professionnel ? Eh bien c’est exactement la même chose pour les travaux.

3) La peur des locataires trop exigeants

une locataire mécontente et exigeante

Il est possible que vous vous sentiez responsable de votre locataire. Ou que vous ne soyez pas une personne qui dit non facilement. Vous avez peur d’être embêté chaque semaine par votre locataire au moindre petit problème. Vous n’avez pas envie qu’il vous réclame des quittances de loyer, etc. En clair, le locataire lui-même représente un frein à vos yeux. Vous voulez la paix.

Cette peur n’est pas fondée

La paix que vous recherchez, votre locataire la recherche aussi. Vous aurez bien plus souvent des locataires qui veulent juste être tranquilles et vous voir le moins possible chez eux.

Mais il est vrai que vous devez être disponible pour lui. Vous proposez un service, n’oubliez pas que vous êtes comme le boss d’une entreprise (voir l’article : Projet locatif : gérez vos propres affaires !), alors le locataire est dans son droit de vous contacter pour une demande.

4) La peur du surendettement

Couple surendetté

Si vous avez peur des crédits, c’est peut-être que vous avez un mauvais souvenir avec, ou alors que vous avez des pensées négatives à son sujet. Et vous avez raison.

Si le crédit à la consommation est à éviter à tout prix, c’est parce qu’il vous permet d’acheter des passifs que vous n’avez pas les moyens de vous offrir pour le moment. Et les passifs vous rendent plus pauvre, ils vous prennent votre temps et votre argent sans compensation en retour. Par contre, s’endetter pour acheter un actif vous permet d’acheter des actifs qui vous rendront plus riche. Ce qui est vraiment différent et c’est là que le crédit devient très intéressant.

Cette peur n’est pas fondée

Chaque fois que je contracte un crédit, ça veut dire que je vais augmenter mes revenus… Parce que je fais des crédits pour acheter des actifs.

N’ayez peur des crédits que si vous achetez des passifs avec, là en effet, vous devriez avoir très peur pour vos finances…

Un crédit immobilier est assez impressionnant, on parle tout de suite de 100 ou 200 000 €, et de mensualité de 500 à 1 500 €. Mais quand il y a derrière plusieurs loyers qui tombent tous les mois, on se rend bien compte que la situation est très largement maîtrisée et qu’on est bien plus proche de la richesse que du surendettement.

5) La peur de la complexité des choses

Cockpit d'avion très compliqué

L’immobilier est un domaine complexe, ce serait mentir de dire l’inverse. Et même si pour moi ça ne l’est plus, je sais que c’est parce que ça fait des années que je suis plongé dedans. Pourtant, il y a encore des choses que je ne maîtrise pas et je préfère toujours valider mes actions et les conseils que je donne par des sources fiables et officielles et par des professionnels du milieu.

De plus, les nombreux métiers qui tournent autour, et qui demandent, pour la plupart, des années d’études, renforcent ce côté très compliqué : banquier, notaire, géomètre, etc.

Pour couronner le tout, chaque fois qu’on apprend une nouvelle notion, un gros malin nous dit que c’est nul ou incertain, de quoi être découragé.

Cette peur est à moitié fondée

Il faut pas mal de notions pour ne pas faire n’importe quoi ça c’est certain, mais c’est comme tout, au début on ne comprend rien et à force tout devient plus clair et simple.

6) La peur des contraintes de temps

Sablier

« Je n’ai pas le temps pour ça ! »

Je n’aime pas ce mensonge. Chaque fois que, moi-même, je l’utilise, je me reprends en disant : « Je décide de ne pas donner du temps pour ça ! », phrase qui est bien plus honnête. Nous avons tous 24 heures, et si une personne a fait quelque chose que vous ne faites pas, ce n’est pas parce qu’elle a plus de temps que vous, c’est juste qu’elle l’utilise différemment.

Bref, outre ce mensonge utilisé à tout va, il faut bien comprendre que l’immobilier va vous faire gagner du temps. Ou, en tout cas, il vous offrira un revenu sans que vous n’ayez à dépenser votre temps.

C’est simple, si on vous propose de gagner 500 € par mois en plus de votre boulot en faisant des heures sup’, vous devrez être en train de travailler 30 à 50 heures dans le mois en plus des heures que vous faites déjà. Et si vous voulez les gagner de nouveau, vous devrez recommencer le mois prochain et ainsi de suite. En sachant que, même si vous tenez le coup, vous finirez par être bloqué puisque le nombre d’heures supplémentaires autorisées en France est de 220 heures source : service-public.fr.

Donc c’est bien le temps que vous passez au travail qui décide de combien vous gagnez. Pas de temps = pas d’argent.

Mais avec votre investissement locatif ce n’est pas le cas. Vous dépensez une fois votre temps et votre bénéfice tombe tous les mois indépendamment de ce que vous faites de votre temps.

Cette peur n’est pas fondée du tout

Comme pour les paperasses, ça fait peur et on a l’impression qu’on sera toujours dessus, mais ce n’est pas vrai. A terme, gérer votre projet fera partie de votre vie et vous irez de plus en plus vite.

7) La peur des problèmes

Homme qui regarde des graphique de problèmes

Plus généralement, la peur de sortir de sa zone de confort. En fait ça réunit tout ce que nous venons de voir.

Votre vie est belle comme elle est aujourd’hui et vous avez peur de vous rajouter des problèmes. Vous avez entendu bien trop d’histoires, êtes juste à la fin du mois et vous galérez suffisamment avec vos propres entretiens dans votre maison. Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’un peu de vacances et de paix. Justement, vous ne voulez certainement pas avoir encore plus de choses à gérer. Votre vie actuelle est plutôt pas mal et vous avez peur de changer ce que vous avez déjà.

En fait, vous vous concentrez plus sur la perte que sur le bénéfice.

Cette peur n’est pas fondée

Toutes les choses les plus merveilleuses qui pourront vous arriver sont en dehors de cette zone de confort. Et pour vous convaincre encore plus, sachez que ce qui est compliqué pour vous aujourd’hui, ne le sera plus demain. Si aujourd’hui, l’immobilier ne fait pas partie de votre zone de confort, demain elle en fera partie, comme toutes les autres choses que vous ne maîtrisez pas encore. Exactement comme celles que vous ne maîtrisiez pas avant qu’elles ne fassent partie de votre zone de confort actuelle. Prenez n’importe quel exemple ! Conduire votre voiture, ou même embrasser votre moitié ! C’est tellement basique dans votre quotidien, et pourtant, à un moment donné, c’était quelque chose qui vous faisait peur et vous semblait compliqué.

La connaissance enlève la peur

Pochette du livre "Ne laissez plus personne décider combien vous gagnez"

Pour aller plus loin et donner un grand coup de pied dans ces peurs complètement inutiles, je vous invite à lire mon livre qui aborde tous ces sujets et bien plus encore. En terminant cet ouvrage, les connaissances que vous aurez emmagasinées vont vous faire comprendre que la plupart de vos peurs sont ridicules.

Vous pouvez trouver mon livre “Ne laissez plus personne décider combien vous gagnez” en audio sur Audible en cliquant ici (vous pouvez l’avoir gratuitement si vous êtes nouveaux clients chez eux), ou en format ebook et papier sur Amazon en cliquant ici.

Récapitulatif des 7 peurs qui vous empêchent de vous lancer dans l’immobilier

  1. La peur des impayés
  2. La peur des travaux
  3. La peur des locataires trop exigeants
  4. La peur du surendettement
  5. La peur de la complexité des choses
  6. La peur des contraintes de temps
  7. La peur des problèmes

N’hésitez pas à partager cet article à tous ceux qui doutent et dites-moi dans les commentaires quelles sont les peurs que vous avez, ou avez eu.

Vous pouvez partager cet article si vous l'avez aimé :).
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

About the author

Laisser un commentaire