Les 3 livres qui ont le plus changé ma vie

Les 3 livres qui ont le plus changé ma vie

Je vais vous présenter les 3 livres qui ont le plus changé ma vie, et bien sûr, en faisant cela, je compte bien vous inciter à les lire en espérant qu’ils aient autant d’effets sur vous qu’ils en ont eu sur moi.

Cet article participe à l’évènement “Les 3 livres qui ont changé votre vie” du blog Des Livres pour changer de vie, l’excellent blog d’Olivier Roland, mon mentor en blogging, qui résume tous les meilleurs livres. Je vous invite d’ailleurs à voir ce qu’il propose comme compte-rendu en lisant cet article sur son livre favori : La semaine de 4 heures.

L’autoroute du millionnaire 

Pochette du livre L'autoroute du millionnaire

Ce livre nous met une véritable gifle ! Bien sûr par ce que nous apprenons en le lisant mais aussi par le ton employé par l’auteur. Il ne pèse pas ses mots et utilise une manière de s’exprimer assez familière. Je n’ai lu que la version française mais il paraît que c’est pareil pour la version originale.

 Je le conseille à tout le monde ! Et bizarrement, je me rends compte que ce livre est moins lu que d’autres dans le même domaine, enfin, dans mon entourage et parmi les gens que je rencontre. Tout le monde a lu Père riche père pauvre de Robert T. Kiyosaki, et ils ont bien raison, pour le côté mindset, mais si je dois en conseiller un sur les deux, ce sera sans hésiter L’autoroute du millionnaire ! Même s’il est impressionnant avec ses 500 pages (en petite taille de police d’écriture) et son titre racoleur.

L’auteur, Mj Demarco, ne met pas de filtre et n’hésite pas à critiquer tous ceux qui n’adhèrent pas à son point de vue. En même temps, difficile de ne pas être convaincu, au fond, nous savons tous qu’il a raison sur beaucoup de points. Le livre parle, vous l’aurez compris, de comment gagner de l’argent.

Pour lui, il y a 3 voies de l’enrichissement :

  • le trottoir (la pauvreté) ;
  • la voie lente (l’enrichissement lent) ;
  • l’autoroute (la voie express vers la richesse).

Le trottoir 

Sur le trottoir, il y a les piétons. Les personnes qui dépensent au-dessus de leurs moyens pour avoir l’air plus riche, qui s’endettent pour des biens qu’ils n’ont pas les moyens de s’acheter pour prouver aux autres qu’ils ont réussi, qui vivent au jour le jour. Qui n’ont rien appris depuis leur sortie de l’école, qui comptent sur la politique pour améliorer leur vie, qui dépensent leurs sous dans des jeux d’argent en espérant toucher le jackpot et qui n’ont aucune économie.

Il n’y a pas de stratégie, le piéton vit au mois le mois.

La voie lente

C’est le chemin le plus rependu, celui qu’on nous a appris en grande majorité. C’est la “vaste plaisanterie” : trouver un bon travail, ne pas trop dépenser, profiter des offres promotionnelles, des heures supplémentaires. Aller à l’école pour augmenter son expertise encore et toujours pour l’offrir à un patron qui, lui, est sur “l’autoroute”. Penser que sa résidence principale est un actif et mettre les fameux 10% de ses revenus de côté, soigneusement placés sur une épargne à quelques points de rentabilité.

En fait, le problème avec la voie lente, c’est que la stratégie mise sur le temps. Donc déjà nous avons une limite, puisque le temps n’est pas infini et nous ne pouvons qu’espérer une richesse convenable quand nous serons vieux et fatigués.

L’autoroute

C’est la voie de l’entrepreneuriat. De la galère et du travail acharné pendant 5 ans qui mène à une retraite prématurée et abondante. Nous créons nos propres richesses. Nous sommes notre propre patron.

Mais on ne parle pas de n’importe quelle entreprise. Il ne faut pas être un entrepreneur à tout prix ! Mj Demarco insiste bien sur le fait qu’il faille être le conducteur et non le passager ou l’auto-stoppeur. C’est-à-dire, ne pas ouvrir une franchise, créer la franchise. Ne pas investir dans un fonds commun de placements, créer ce fonds, etc. On comprend que le but n’est pas de simplement créer son entreprise et de se retrouver de nouveau esclave d’un job, même si c’est pour nous que nous travaillons.

Le mot magique : les revenus passifs. Eh oui, gagner de l’argent alors qu’on ne travaille pas, la mise en place d’un système d’entreprise qui travaille sans nous.

C’est un résumé très court des notions abordées dans le livre, vous vous doutez bien, 500 pages rappelez-vous… Mais il y a un passage du livre que j’aimerais vous présenter plus en détail parce que je le trouve simplement merveilleux.

L’histoire de Chuma et Azur, les deux jeunes neveux du pharaon

Ce texte est tiré directement du livre L’autoroute du millionnaire. Je me suis permis de couper certains passages de l’histoire pour raccourcir l’article.

« Un grand pharaon convoque ses deux jeunes neveux, Chuma et Azur, et il leur confie une tâche grandiose : construire deux pyramides monumentales en hommage à l’Égypte. Lorsqu’ils auront achevé leur pyramide, promet le pharaon, ils toucheront chacun une récompense sous la forme d’un royaume et d’une retraite de luxe extravagant et les richesses jusqu’à la fin de leurs jours. À cela s’ajoute l’obligation pour chacun d’eux de construire la pyramide, seul.

Chuma et Azur, qui ont tous les deux 18 ans, savent qu’il leur faudra des années pour venir à bout de cette tâche impressionnante. Cela dit, chacun est prêt à relever le défi et honoré d’avoir reçu cette directive du pharaon.

Azur se met au travail immédiatement. Il traîne lentement des blocs de pierre massifs et lourds pour les disposer en carré. Au bout de quelques mois, la base de la pyramide d’Azur commence à prendre forme. Les habitants se rassemblent autour de son ouvrage et louent ses efforts constructifs. »

J’adore la représentation… C’est exactement ça, ceux qui commencent à peine à travailler, et donc à gagner de l’argent et qui le dépensent dans du « visible » attirent les regards, impressionnent les gens qui les félicitent de leur succès apparent.

« Les blocs sont lourds et difficiles à déplacer, et au bout d’un an de dur labeur, les fondations carrées parfaites de la pyramide d’Azur sont quasiment en place.

Mais Azur est perplexe. Le terrain sur lequel devrait s’élever la pyramide de Chuma est vide. Pas une seule pierre n’a été posée. Pas de fondations. Pas de marquage au sol. Rien. C’est aussi désert qu’il y a un an quand le pharaon a passé sa commande.

Déconcerté, Azur rend visite à Chuma et le trouve dans sa grange, en train de travailler d’arrache-pied sur un appareil tordu qui ressemble à une sorte d’instrument de torture.

Azur s’écrie :

  • Chuma ! Mais qu’est-ce que tu fais ? Tu es censé construire une pyramide pour Pharaon et tu passes tes journées enfermé dans cette grange à bricoler cette machine de fous ?

Chuma esquisse un sourire et dit :

  • Je suis en train de construire une pyramide, laisse-moi tranquille.

Azur s’esclaffe :

  • C’est ça, oui. Tu n’as pas posé une pierre en un an !

Absorbé dans ce qu’il faisait et pas démonté par l’accusation de son frère, Chuma rétorque alors :

  • Azur, ta soif de richesse t’empêche de voir pus loin que le bout de ton nez. Tu construis ta pyramide, et mois je construis la mienne.

Tout en s’en allant, Azur dit sur un ton de reproche :

  • Pharaon te fera pendre quand il découvrira ta trahison.

Après un an, Azur continue dans sa méthode mais se retrouve confronté à un problème, les blocs sont trop lourds et il n’arrive pas à les hisser jusqu’au deuxième niveau de la pyramide. Alors Azur décide de développer sa force physique pour y arriver en faisant appel aux conseils de Bennu, l’homme le plus fort d’Égypte, qui le formera moyennant un certain tarif.

Pendant ce temps, le terrain de Chuma est toujours vide. Azur se dit que son frère veut mourir puisqu’il viole les ordres du Pharaon. Il tire alors un trait sur son frère et sa pyramide.

Pour Azur, la construction devient de plus en plus difficile et la pose d’un seul bloc demande parfois plus d’un mois ! Alors il continue de s’entrainer avec Bennu et dépense tout son argent dans sa préparation physique.

Azur estime qu’au rythme où vont les choses, il lui faudra encore trente ans pour achever sa pyramide.

Et puis, un jour, une grande agitation se fait entendre en provenance de la place du village. La foule qui suivait les avancées d’Azur quitte brutalement son terrain pour voir d’où vient se tapage festif. Azur en fait de même.

Au milieu de la foule en liesse, Chuma remonte la place du village avec un engin de 8 mètres de haut, une machine imposante composée d’un enchevêtrement de portiques, de roues, de leviers et de cordes. Azur craint de comprendre. Arrivé sur le terrain toujours vide de la pyramide de Chuma, ses doutes se confirment.

En quelques minutes, l’étrange machine de Chuma commence à déplacer les lourds blocs de pierre et à poser les fondations de sa pyramide. Miraculeusement, la machine ne demande que peu d’efforts de la part de Chuma.

Alors qu’il a fallu un an à Azur pour construire les fondations de sa pyramide, Chuma pose les fondations de la sienne en une semaine. C’est encore plus choquant pour le deuxième niveau sur lequel Azur a tant peiné ; la machine de Chuma fait le travail trente fois plus vite. En quarante jours, Chuma et sa machine accomplissent ce qu’Azur a fait en trois ans à la sueur de son front.

Azur est anéanti. Au lieu de faire de même, Azur fait le serment de devenir plus fort et poursuit son dur labeur.

Au bout de huit ans, Chuma achève sa pyramide, il a 26 ans. Le grand pharaon est satisfait et tient sa promesse. Il le fait roi et le couvre de richesse. Chuma n’a plus à travailler un seul jour de sa vie.

Pendant ce temps, Azur continue de trimer comme il l’a toujours fait. Hélas, il refuse de reconnaitre le défaut de sa stratégie et garde la même routine.

Cette technique qu’il s’impose aveuglement mène Azur à une vie de labeur. Il meurt d’une crise cardiaque alors qu’il atteint le douzième niveau de sa pyramide, à seulement deux niveaux de la fin. Il ne connaîtra jamais les grandes richesses promises par Pharaon.

De son côté, Chuma prend sa retraite avec quarante ans d’avance, dans un univers de luxe. Profitant de son temps libre, il finit par devenir l’un des plus grands savants d’Égypte et un inventeur accompli. Il est enterré aux côtés de Pharaon dans la pyramide qu’il a construite. »

Cette histoire est incroyable et fait rêver… Elle est également triste pour Azur, même s’il a décidé de son propre sort.

Malheureusement, cette histoire est une représentation de la réalité. Beaucoup triment toute leur vie dans une stratégie perdue d’avance, en attendant une retraite dorée qui n’arrivera surement jamais. Pendant que d’autres travaillent tout aussi dur, mais bien moins longtemps, à créer un système qui les rendra riches et travaillera pour eux pour le reste de leurs jours. Voici la différence entre la voie lente et la voie rapide.

C’est comme l’immobilier et une augmentation de salaire. Beaucoup sont OK pour travailler 24 mois à fond sur des projets qui ne sont pas les leurs, pour une augmentation de 200 euros qu’ils n’auront peut-être pas, et qui ne sera même pas acquise, puisqu’ils devront revenir chaque jour au travail pour en bénéficier à la fin du mois ; alors qu’ils trouvent ça dangereux et que c’est trop de boulot d’apprendre, de passer des coups de fil, de faire quelques visites et de la paperasse pour gagner la même chose à vie, avec certitude et sans être obligé de travailler.

Ce livre m’a vraiment marqué par cet aspect de ne pas miser sur le temps pour atteindre sa richesse. J’ai beaucoup aimé également l’idée de travailler avec acharnement pendant quelques années pour atteindre un but qui nous rendra riche et libre jeune.

L’homme le plus riche de Babylone

Pochette du livre L'homme le plus riche de Babylone

Complètement à l’opposé de L’autoroute du millionnaire, que l’auteur de ce dernier ne se cache pas de critiquer d’ailleurs. L’homme le plus riche de Babylone, de George Samuel Clason, explique des stratégies financières très basiques et exactement dans la « voie lente » comme dirait Mj Demarco : trouvez-vous un travail, contrôlez vos dépenses, remboursez vos dettes avec un dixième des revenus que vous percevez, épargnez un dixième supplémentaire des revenus que vous percevez, investissez intelligemment l’argent mis de côté pour qu’il génère d’autres sommes d’argent, dont vous mettrez également 10% de côté, et ainsi de suite, protégez votre argent, etc.

Quand on entend ça, on se dit : « Wouah, c’est tout ?! Top ! » Un plan très simple, très agréable à écouter (ou à lire, eh oui je suis fan de livres audio), et rassurant ! Il est vraiment accessible à tout le monde.

Mais, excusez-moi de le dire, il est également inefficace… Ce plan demande trop de temps et tout le monde sait que ce n’est pas en plaçant 10% de ses salaires (donc entre 150 et 200€ par mois pour un revenu moyen), qu’on devient libre financièrement assez jeune pour profiter pleinement.

À cause de cette vérité sur ce livre, j’ai attendu longtemps avant de l’acheter. Je cherchais des moyens efficaces pour m’enrichir et je ne voulais pas perdre mon temps avec des histoires fantaisistes qui n’apportent pas grand-chose niveau contenu.

Et puis, j’ai fini par l’acheter en livre Audio. Et là, grosse claque. C’est le livre audio que j’ai le plus écouté (5 fois du début à la fin). Il y a toute une ambiance que je trouve magnifique, l’histoire est vraiment bien faite, avec des personnages qui nous emmènent dans leurs univers.

Rien que leurs noms ! On retrouve Arkad, l’homme le plus riche de Babylone, bien sûr ; Bansir, le fabricant de chars et son ami Kobbi, le musicien ; Algamish, le prêteur d’argent ; le vieux Kalabab et son fils Nomasir ou encore Dabasir, le marchand de chameaux.

On s’y croirait vraiment et on n’a qu’une envie, ouvrir notre compte bancaire pour mettre 10% de tout ce que l’on gagne de côté…

Pour être honnête, depuis que j’ai écouté ce livre audio, je mets mon dixième de revenu sur un compte prévu à cet effet… oui. C’est une règle, je n’y déroge jamais, même si je dois payer quelque chose, la priorité est ce pourcentage mis de côté. Un peu comme dit Robert T. Kiyosaki, je me paye en premier de ces 10% dans tous les cas, même si j’ai une facture en attente.

L’idée est encore là, celle d’utiliser intelligemment son argent, de le voir comme des soldats qui travaillent pour nous.

Je trouve le livre audio formidable. L’ambiance fait voyager et j’adore ça. Ça m’a fait penser à L’alchimiste, de Paulo Coelho, que j’aurais très bien pu mettre dans ce top 3 d’ailleurs.

En quoi ce livre a changé ma vie

Déjà, il a rendu agréable de longues heures de déplacements en avion ou en train, et pour ça je remercie l’auteur !

Et puis, il m’a ouvert les yeux sur les livres, rien que ça. Il m’a montré qu’on pouvait combiner un guide pratique et un roman. Faire passer des messages et des leçons de vie dans une aventure romanesque très agréable à lire ou à écouter. Il a réussi à transmettre des méthodes pour s’enrichir dans un livre « passe-temps », un livre « plaisir ».

C’est très difficile, au début, de sortir de sa zone de confort et de se mettre à étudier des choses pour améliorer sa vie, surtout quand on n’est pas obligé. Et d’ailleurs, à cause de l’école, je pense qu’on associe trop le fait d’apprendre de nouvelles choses à une obligation, à un truc bien chiant. Et ce genre de livres permet d’associer apprentissage et amusement.

Même si je prends beaucoup de plaisir aujourd’hui à lire un livre purement pratique, je peux comprendre que ce ne soit pas le cas pour certains, qui n’ont pas encore mis leur nez dedans, ça ne l’était pas pour moi non plus.

D’ailleurs, je me permettrais de comparer encore une fois L’homme le plus riche de Babylone et l’Alchimiste de Paulo Cohelo. Deux histoires magnifiques qui passent des messages qui permettent de se développer, extra !

Moi qui adore écrire, ça m’ouvre des portes bien plus grandes que tout ce que j’imaginais…

Plus malin que le diable

Pochette du livre Plus malin que le Diable

Vous connaissez tous Napoleon Hill et son livre Réfléchissez et devenez riche, qui a probablement changé la vie de beaucoup de mondes, dont la mienne. Mais ce n’est pas celui-ci que j’ai choisi de vous présenter.

C’est son livre : Plus malin que le diable.

Ce livre est tourné sous la forme d’un entretien entre Napoleon Hill et le diable en personne.

C’est ainsi que nous découvrons les secrets du diable pour nous manipuler et bien plus encore…

Le livre est très agréable à écouter (je l’ai acheté en audio) malgré une qualité sonore pas géniale. Au final, malgré pas mal de répétitions, l’ensemble du contenu est vraiment très intéressant.

Ce qui m’a le plus marqué et que je vais vous présenter ici, c’est le principe de « dériveurs » et de « non-dériveurs ».

Voici comment le personnage du diable définit ces deux types de personnes :

« Ceux qui pensent par eux-mêmes ne dérivent jamais alors que ceux qui pensent très peu, voire pas du tout, sont des dériveurs. Le dériveur est celui qui se laisse influencer par les circonstances qui se trouvent à l’extérieur de son esprit. Le dériveur accepte tout ce que la vie lui présente, sans contester, ni combattre. Il ne sait pas ce qu’il veut exactement de la vie… »

En clair, le dériveur ne pense pas par lui-même et est victime des événements extérieurs, il n’est pas responsable de sa vie.

Le diable explique aussi quels sont les domaines dans lesquels il est facile de dériver, de perdre le contrôle, de se laisser aller, et donc qui feront de nous des dériveurs :

La santé 

Le fait de trop manger de nourritures et de mauvais genre mène à l’indigestion et détruit le pouvoir de penser avec précision.

Le pouvoir ! Le mot est parfaitement choisi ! Le pouvoir de penser avec précision. C’est vrai que quand on mange trop et mal, on pense au ralenti, on se sent mou et même dépressif. Sans parler du sentiment de culpabilité.

Nous pourrions ajouter un mauvais sommeil, un manque de sport, des addictions, etc. Vraiment tout ce qui est en rapport avec une bonne santé et une énergie de folie !

Le mariage 

Se marier sans aucun but. Et une fois marié, se quereller constamment pour des problèmes d’argent, sur l’éducation des enfants, etc.

Malheureusement, ce merveilleux évènement se transforme trop régulièrement en cauchemar après quelques années, voire même quelques mois. Un domaine où la dérive est bien trop commune.

Les occupations

Se trouver le premier emploi venu en sortant de l’école, toujours sans aucun but, sans suivre ses rêves, juste pour « gagner sa vie ».

Tristement vrai et rependu. Pour suivre le chemin d’une vie normale, il est très tentant de signer un contrat dans une boîte qui paye plutôt bien et qui a de bons avantages, même si celle-ci ne nous apporte rien niveau épanouissement personnel et que nous ne sommes pas en phase avec ses valeurs.

Les économies

Dépenser librement et épargner rarement ou pas du tout. Ce qui génère le sentiment de peur de la pauvreté, et qui enferme encore plus dans le métier trouvé plus haut pour « gagner sa vie ».

Vivre au mois le mois, sans aucune ressource de côté peut être effrayant. Je parle dans mon livre de « somme psychologique ». Elle est propre à chacun, c’est la somme qui nous permet de dormir tranquille et de prendre des décisions en maîtrisant nos émotions. Certains se sentent sereins et surpuissants avec 8 000€ de côté, d’autres ne ressentent la même chose qu’avec 60 000€.

L’environnement

Dériver vers des environnements sans harmonie et désagréable, dans la maison, le lieu de travail, dans les relations avec les proches et les fréquentations.

Cette notion revient souvent en développement personnel. Se trouver dans des conditions positives, éviter les personnes toxiques, etc. Très peu ont le courage de se séparer d’un job, d’un ami, d’un mari ou d’une femme qui ne les porte pas vers le haut.

Les pensées dominantes

L’habitude d’entretenir des pensées négatives qui entraîne des actions négatives.

Cela va de soi. On sait maintenant que nos pensées ont un très gros impact sur notre vie et qu’elles ont même une influence directe sur notre santé.

Repérer les choses négatives est une très bonne chose, cela permet de savoir ce que l’on ne veut pas et de les éviter. Par contre, se focaliser constamment sur elles, les mettre en avant à la moindre occasion, crée une habitude. Ce qui mène à une personnalité négative, qui mène bien souvent à la dépression.

Un but déterminé

Le non-dériveur a un but déterminé. Un but précis qu’il veut atteindre par tous les moyens, peu importe le temps que cela prendra. Il sait où il va et il est prêt à se battre pour arriver à bon port.

Pour être dans cet état d’esprit, nous devons faire preuve de maîtrise de soi, c’est indispensable. Et pour ça, nous devons maîtriser les 3 désirs dans lesquels l’être humain perd facilement le contrôle et a du mal à faire preuve d’autodiscipline :

1. Le désir de nourriture

C’est une dérive. La nourriture est responsable de la plupart des maladies de « vieillesse » qui n’ont en réalité rien à voir avec le fait de vieillir, mais juste avec le fait d’avoir mal mangé pendant des années (je vous conseille le livre Comment ne pas mourir, si le sujet vous intéresse).

De plus, la nourriture ne nous cause pas du tort uniquement sur le long terme. Vous avez déjà vu dans quel état vous vous sentez après une grosse raclette ? Pour ceux qui veulent être très productifs et en forme toute la journée, vous savez que le repas du midi peut vous bouffer 5 heures de votre journée. Et c’est pareil pour le petit déjeuner et le repas du soir. (Dommage… une bonne raclette…)

2. Le désir sexuel

Napoleon Hill aborde rapidement ce sujet déjà dans son livre Réfléchissez et devenez riche. Ça m’a d’ailleurs frustré à l’époque qu’il n’en dise pas plus, alors qu’il affirme que tous les gens qui ont fait de grandes choses dans leur vie avaient et ont une forte énergie sexuelle ! Je voulais en savoir plus !

L’énergie sexuelle maîtrisée et correctement redirigée est un outil très puissant. Si vous êtes un homme (et même si vous êtes une femme, mais je ne pourrais pas, dans ce cas, parler en connaissance de cause :)), vous devriez vous pencher sur le mouvement nofap et tester de votre côté pour voir les résultats au niveau de votre énergie. Chacun a son propre avis sur la question et beaucoup trouvent ça ridicule, ce n’est pas l’objet de cet article. Juste, si vous cherchez un regain d’énergie ou un moyen d’être au top, limite énervé, pendant un temps, faites le test et vous verrez.

Beaucoup de grands sportifs s’abstiennent de relations sexuelles avant les grands événements, c’est vrai aussi pour des entrepreneurs qui ont des objectifs à atteindre.

En fait, cette énergie peut nous pousser à faire n’importe quoi… Vous avez déjà remarqué ce que sont prêts à faire les hommes quand une jolie demoiselle n’est pas très loin ? Le temps qu’ils passent à en parler ? Vous rappelez-vous de notre adolescence ? C’est clairement plus fort que nous !

Imaginez si cette volonté, cette énergie, était redirigée correctement. Elle peut nous rendre plus productifs, plus concentrés et même plus forts !

Vouloir à tout prix s’en « débarrasser » avec la première compagne que nous trouvons n’apporte rien, si ce n’est une perte de temps, d’énergie et de nous éloigner de nos objectifs de vie.

3. Le désir d’exprimer des opinions vaguement organisées

En clair, la personne qui parle trop dérive complètement. Merci ! C’est valable même en immobilier. Essayer d’impressionner le propriétaire ou l’agent immobilier à vouloir montrer absolument que l’on est un expert au lieu d’écouter et de laisser parler, ce qui apporterait bien plus !

C’est une dérive très fréquente que l’on retrouve tout le temps en entreprise, dans les réunions. Chacun veut parler le plus possible pour attirer l’attention et prouver qu’il est intelligent, intéressant et qu’il mérite le respect.

Écouter permet d’apprendre et nous rend meilleurs. En écoutant, vous n’avez parfois même pas besoin de poser les questions, les personnes qui parlent trop vous donnent les réponses bien avant.

Voici les points qui m’ont le plus marqué dans cet ouvrage. Ce n’est qu’une petite partie du livre bien évidemment.

En quoi il a changé ma vie

Il m’a surtout marqué en mettant des mots sur ce que j’essayais (et essaye encore) de maîtriser pour être au top. Les dérives qu’il évoque sont en fait les plaisirs éphémères, nocifs à long terme (et même à court terme), qui nous éloignent de la réalisation de nos rêves. Ceux qui nous apportent une satisfaction instantanée aux dépens de l’atteinte de nos rêves les plus fous.

Quand on veut atteindre des niveaux d’énergie vraiment très hauts, le sport, la méditation, la visualisation, etc., sont très efficaces, et même indispensables. Mais je suis mon propre cobaye, et je sais qu’ils perdent énormément en effets positifs sans une hygiène de vie physique et mentale impeccable en parallèle.

Il est temps de laisser les dérives aux dériveurs et d’aller exploser nos objectifs ! Nous n’avons pas le temps pour ce genre de choses.

Je vais m’arrêter là même si c’est difficile. Pour être plus précis, je dirais que ce n’est pas seulement 3 livres qui ont changé ma vie. C’est la lecture tout entière ! Je détestais lire plus jeune, sauf les bandes dessinées, commencer à lire m’a apporté énormément de choses et je serais un homme complètement différent aujourd’hui si je ne m’y étais pas mis.

Les autres livres qui ont changé ma vie

Pour conclure cet article, je vous mets une liste de tous les autres livres qui ont également eu un très gros impact sur ma vie :

  • Sapiens de Yuval Noah Harari ;
  • Comment ne pas mourir de Michael Greger avec Gene Stone ;
  • Découvrir un sens à sa vie de Viktor E. Frankl ;
  • Miracle Morning de Hal Elrod ;
  • Vaincre peur et culpabilité de Bernard Sensfelder ;
  • Le pouvoir de la confiance en soi de Bryan Tracy ;
  • Père riche, père pauvre de Robert T. Kiyosaki ;
  • Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études d’Olivier Roland ;
  • L’alchimiste de Paulo Coelho.

Et vous ? Dites-moi dans les commentaires quel est votre top 3 des livres qui ont le plus changé votre vie !

Vous pouvez partager cet article si vous l'avez aimé :).
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

About the author

Comments

  1. Merci pour ces 3 livres que je ne connaissais pas. Ma pile de lecture pour l’été augmente 😉 !

  2. Merci pour ces recommandations ! J’ai entendu beaucoup de bien du livre L’homme le plus riche de Babylone. Je pense que ce sera mon prochain bouquin 😊après L’Alchimiste (plus développement personnel) que je termine et recommande !

    1. Pierre Vancoillié dit :

      Justement, j’aime comparer l’Alchimiste et L’homme le plus riche de Babylone, les deux m’ont rendu fou ha ha :). J’espère qu’ils te plairont, bonne lecture !

  3. Bonjour Pierre, merci beaucoup pour cet article. J’avais déjà entendu parler de ces 3 livres mais là tu m’as vraiment donné envie de les lire. Je pense lire L’homme le plus riche de Babylone dans le train au retour de vacances pour passer agréablement le temps!

    1. Pierre Vancoillié dit :

      Bonjour Marie,
      Super ! Ou écoute-le si tu aimes les livres audio ! Bonne fin de vacances :).

  4. Bonjour Pierre,

    Je vois que l’on a les mêmes goûts, j’ai lu les 2 premiers, et il faut que je lise le dernier qui a l’air très utile!

    Même si l’Autoroute du Millionaire nous ouvre les yeux sur de grandes vérité, je n’ai pas du tout aimé la façon dont l’auteur critique ouvertement ceux qu’il appelle “des gourous” comme Robert Kiyosaky ou Tim Ferris. Après tout, lui aussi a écrit un livre pour devenir un “gourou”…

    Comme toi j’ai adoré l’ambiance de l’homme le plus riche de Babylone! ce fut aussi très agréable pour moi d’apprendre les bases de l’éducation financière au travers de ces fables de l’époque de la Babylone antique.

    Ciao et bonne continuation!

    1. Pierre Vancoillié dit :

      Salut Manu,
      Le dernier, plus malin que le Diable est vraiment bluffant aussi oui :).
      Oui, c’est vrai pour l’Autoroute du millionnaire. Après, il ne critique pas leurs méthodes pour s’enrichir (l’écriture de livre), mais il critique le fait que ce qu’ils conseillent n’est pas réellement la méthode qu’ils utilisent pour s’enrichir. Exemple : quelqu’un qui gagne des millions en vendant son livre et qui conseille de placer 10% de ses revenus en bourse pour gagner des millions, alors qu’il devrait conseiller d’écrire des livres.
      Tu me fais plaisir pour l’Homme le plus riche de Babylone, c’est incroyable cette ambiance…
      Bonne continuation à bientôt!

Laisser un commentaire